Plaidoyer de la population pour le maintien de l’hôpital bangladeshi à Daloa

Côte d’Ivoire/ Plaidoyer de la population pour le maintien de l’hôpital bangladeshi à Daloa

un médecin Bangladesh assurant des soins à une fille accompagné de sa mère

un médecin Bangladesh assurant des soins à une fille accompagné de sa mère
un médecin Bangladesh assurant des soins à une fille accompagné de sa mère
Daloa, 13 juil (AIP)- La population de Daloa plaide pour le maintien de l’hôpital du contingent bangladeshi de l’Organisation des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) dont la fermeture est annoncée pour le mois d’août 2016.
Lors d’une de visite de l’hôpital, baptisé « BAN Medical », les habitants de la « cité des antilopes » ont confié, mardi, à l’AIP leur souhait du maintien de ce centre de santé où les soins sont gratuits.
« Nous sommes venus chez les Onuci pour venir nous soigner. Leurs médicaments sont gratuits. Quand on a commencé à venir ici, on a senti du mieux, ça va. Mais, on vient d’apprendre qu’ils veulent rentrer, cela ne nous plait pas. On demande au président de la République et à sa femme, Mme Dominique Ouattara, de faire un effort pour que ces gens restent parce qu’ils aident la population », a déclaré une patiente, Mme Kamara Ya Kadjatou Touré.
Un autre patient à la retraite, M. Topka Gaston, a également lancé un appel au gouvernement ivoirien afin que l’Etat revoit la situation qui prévaut pour préserver l’hôpital bangladeshi qui a été bénéfique pour les populations démunies, bien que leur présence était due à la situation de guerre qui a prévalu dans le pays.
Créé en 2004 à la faveur de la crise politico-militaire de 2002, le BAN Medical traite tous sortes de maladies et reçoit en majorité les femmes et les enfants démunis.
Cet hôpital dispose de nombreux équipements de pointe pour traiter et faire des analyses, notamment un laboratoire d’analyses, de radiologie, un cabinet dentaire, un bloc opératoire, une pharmacie, une salle d’évacuation, une salle de soins intensifs, une salle d’hospitalisation et une salle de physiothérapie, a-t-on constaté.

Le mandat de l’Onuci prend fin en Côte d’Ivoire en 2017.

Commentaires