Proces verbal de la reunion du Jeudi 31 Mai 2012



                                           PROCES VERBAL DE REUNION        
      
 L’an deux mille douze et le jeudi 31 mai s’est tenue une réunion du bureau national de la CJPVGCI (Coalition pour la Justice et le Pardon des Victimes de Guerre en Cote d’Ivoire).
Cette rencontre a eu pour cadre la salle des fêtes de la mairie de Daloa. Prévue pour 16h00, la rencontre a débuté à 16h 45mn avec pour ordre du jour :
    I-Restitution du séminaire de Yamoussoukro ;
    II-Compte rendu des voyages du président national ;
    III-Divers.
    
Abordant le premier point de l’ordre du jour, le président national M. EDOUKOU .K CLAVER, principal animateur de la rencontre a précisé que cette rencontre devrait avoir lieu depuis le 28 mai, jour férié. Mais compte tenu du changement de son programme depuis Yamoussoukro, il a du sursoir à cela pour  parer au plus pressé en se rendant successivement à Duékoué, Guiglo et Blolequin. IL a ensuite fait savoir qu’il s’était rendu à Abidjan sur invitation du PROCUREUR  M.ANGE KESSY qui avait besoin de certaines  informations en rapport avec certaines arrestations survenues  pendant la crise.
Il a participé au séminaire de yamoussoukro,  du 25 au 26 mai 2012 sur invitation de la CDVR (Commission  Dialogue Vérité et Réconciliation), principale initiatrice du dit séminaire.
En effet, selon le Président, la CDVR, se sentant quelque peu handicapée dans ses actions à l’endroit des populations, a jugé bon  associer la société civile notamment les ONG nationales actives et plus proches de ces populations victimes afin de recueillir des bases de données fiables susceptibles de conduire à un dédommagement réel et réaliste. Cette position de la CDVR est également incitée par l’attitude du président de la république qui ne cesse de donner des signaux forts en vu de la réalisation de ses objectifs.
Il a ensuite fait savoir que ce séminaire qui a porté sur le thème : « Appropriation du mandat et des missions de la CDVR par les ONG nationales », a été très enrichissant pour lui car cela lui a permis de comprendre beaucoup de choses notamment relativement aux attentes des autorités quant à l’identification et la prise en charge des victimes de guerre. C’est fort de cela qu’il a tenu à saluer la détermination des principaux animateurs de la cjpvgci grâce à qui la structure qu’il dirige ne cesse de se faire une bonne image à l’extérieur.
    
       Le président EDOUKOU a aussi  fait  savoir que les travaux se sont déroulés en atelier et qu’il était logé dans l’atelier 3 dont le thème est intitulé : « Contribution des ONG à la recherche de la vérité ».
Prenant le premier la parole dans cette commission, il a dit déploré la passivité des autorités dans la prise en charge des victimes dont nous continuons d’enregistrer des cas de décès, faute d’assistance à leur endroit.
Aussi a-t-il recommandé des mesures d’accompagnement et l’onction de la CDVR pour permettre aux ONG d’être plus proches des victimes afin de recueillir des informations pertinentes qui pourront servir de bases de données fiables. Apres les travaux, la CDVR a souhaité avoir un retour de l’impacte du séminaire sur les populations victimes dans un délai de deux semaines. C’est pourquoi le président a demandé le lancement imminent d’un communiqué d’ici au 15 juin afin de battre le rappel de toutes les victimes pour les instruire sur les nouvelles dispositions relatives aux recommandations de la CDVR.
Au vu de tout ce qui précède, le président a émis le souillait que la CJPVGCI, en tant que structure nationale puisse collecter des bases de données sur toute l’étendu du territoire national, là ou besoin y ait.
    






        Pour clore ce premier point de l’ordre du jour, le président a informé les membres du bureau de l’intérêt pour eux de se faire établir des passeports pour d’éventuelles missions à l’extérieur, en conformité avec les recommandations du séminaire. Il a aussi fait savoir qu’une ONG sœur, non légalement constituée a souhaité nouer des contacts avec la CJPVGCI dans le but de mener des actions concertées en faveur des victimes.

     Concernant le second point de l’ordre du jour, le président a dit s’être rendu successivement à Duékoué, Guiglo et Bloléquin pour mettre en application l’une des recommandations du séminaire. En effet, la CDVR a fait savoir que chaque structure sera responsable des bases de données dans sa zone. Raison pour laquelle il a jugé bon se rendre immédiatement dans ces trois localités qui ont soufferts de la crise, afin de recueillir des informations concernant les potentielles victimes. Ce voyage lui a permis de constater que beaucoup a été déjà fait, notamment à Duékoué ou plus de 2600 (deux mille six cent) victimes ont été identifiées par M.KONAN et son équipe, pour le compte de la coalition et qui n’attendent que l’onction de la CJPVGCI pour parfaire leurs activités. Cette équipe a d’ailleurs promis de mettre très prochainement à la disposition de l’ONG, tous leurs rapports d’activité.
    A Blolequin et Guiglo, le président a dit avoir noué des contrats avec des personnes ressources qui nous serviront de points focaux dans ces deux localités. Il a alors été souhaité que M. KONAN, président régional du guemon puisse étendre ses activités sur ces localités.
Suite à ce brillant exposé du président EDOUKOU, certaines préoccupations ont été soulevées notamment par M.DONGO, Secrétaire Général et M. HIEN Secrétaire à la communication. Ces préoccupations concernaient entre autre :
1)      Le départ brusque du président à Abidjan
2)      Des précisions sur certaines structures aillant participé au séminaire
3)      La reprise des activités d’identification suspendues pour manque de moyens
4)      Les documents relatifs au séminaire
5)      Les activités que la CDVR compte entreprendre avec les ONG nationales
6)      Les actions que la CJPVGCI doit menées dans le sens des recommandations de la CDVR
7)      La production d’un rapport par le président relativement au séminaire
Toutes ces questions ont trouvées des réponses satisfaisantes de la part du président.
Aussi les recommandations suivantes ont-elles été arrêtées :
      1) Battre le rappel des victimes
      2) Faire un tirage des fiches d’identifications pour le lancement de l’identification dans les                                     zones non encore visitées
      3) Création de mails professionnels pour tous les responsables de l’ONG
      4) La poursuite de l’installation des bureaux régionaux et départementaux

  Dans le dernier point relatif aux divers, le président a instruit l’assemblée de sa décision de nommer M. HIEN .W. ROLAND au poste de Directeur national des programmes et M. COULIBALY.T. ANDRE au poste de responsables des finances.
En outre, suite à une rencontre avec M. FRANCOIS DONVAHI, il a de faire remonter M. BROU KONAN GREGOIRE et sa femme au sein du bureau national en tant que membres de la commission des enquêtes. Quant à M. MALICK GAYE, il occupe désormais le poste de Secrétaire national à la communication.
 Il était 19h50mn lorsque la séance fut levée par le président. Etaient présents (voir liste de présence).

                                                                Fait à Daloa le 31 mai 2012
   
                                                                                                     Le Secrétaire de séance 
                                                                                                     M. COULIBALY .T. ANDRE

Commentaires